jeudi 19 novembre 2020

Quelques leçons pour l'investisseur individuel

 Quelques réflexions sur mes années comme investisseur particulier.


La performance sur le long terme ne s'obtient pas par chance. Elle s'acquiert avec le travail, la persévérance et le talent. La chance n'est que le cerise sur le gâteau, car tout le travail préparatoire permet de la voir et de la saisir.


Je n'ai pas publié et continuer le suivi du portefeuille dans le détail, car des événements de la vie ont fait que j'ai moins de temps à consacrer à l'investissement et à ce suivi.


Avoir conscience des biais cognitifs

 Le principal problème ou défi pour un investisseur n'est pas d’acquérir la compétence technique (comprendre la finance, lire un compte de résultat, etc...) mais réside dans le fait de ne pas tomber dans les biais cognitifs.


Je vous propose la lecture d'une présentation de la NASA sur ces effets.

 

Un petit extrait succulent :


 

Ne rien faire est une stratégie et un acte de gestion (parfois très sain)

 

Trop de mouvement tue la performance. Il faut voir le marché comme une rivière avec des poissons. Si vous ne mettez pas votre cane avec l'asticot au bout de l'hameçon dans l'eau vous n'attraperez jamais de poissons. Une fois installé, l'attente peut être très longue. Rater quelques jours de bourse peut être très coûteux, car ces jours la peuvent être les meilleurs de l'année, ou pire de la décennie. 

 

La gestion passive avec les ETF

Je l'utilise de plus en plus. Quand achète le marché avec un tracker world, on achète des bons et des mauvais. En moyenne, on ne se trompe pas. La charge mentale est réduite (pas d'analyse des entreprisses dans le détail, choisir entre deux, etc...).


Même si on aime la gestion active, c'est un bon complément. Si on est à court d'idée, au lieu de garder les liquidités ou de renforcer à outrance les positions existante, alors investir sur un ETF est un bon choix pour rester investi sur le marché.


Discipline et gestion du risque